Zubin Zarthoshtimanesh : "Dans la lumière de son père, et non dans son ombre !"

JPEG - 39.3 ko

L’AFYI a le plaisir de vous faire partager la version française d’un hommage écrit par Zubin Zarthoshtimanesh en la mémoire de Geetaji le jour de son décès. Zubin Zarthoshtimanesh est l’invité de la convention nationale 2019.

JPEG - 31.2 ko

"Dr Geeta S. Iyengar, fille de Yogacharya B.K.S. Iyengar, l’enseignante la plus avancée de la communauté Iyengar, est décédée ce matin. Elle venait de fêter ses 74 ans le 7 décembre. Sœur d’une fratrie de cinq enfants, mais figure maternelle pour toute la communauté des pratiquants du Yoga IYENGAR®, qui aujourd’hui couvre 59 pays à travers le monde.

Geetaji a vécu simplement, en incarnant tous les principes de vie d’une yogini. Elle a choisi de mener une existence de bramacharya (célibat) et a consacré sa vie à l’étude du yoga. En tant que directrice du "Ramamani Iyengar Memorial Yoga Institute" (RIMYI), à Pune, avec son père B.K.S. Iyengar et son frère Prashant, elle a façonné et conduit des générations entières d’élèves sur la voie du yoga au sein du Yoga-Shala à Shivajinagar (ndt : quartier où se trouve le RIMYI), Pune.

L’an passé, le prestigieux prix du meilleur institut de yoga de l’Inde fut décerné au RIMYI par le Premier Ministre indien consacrant ainsi soixante années de dévouement à l’enseignement du yoga et à l’accompagnement de générations d’enseignants, et faisant du certificat de Yoga IYENGAR® un modèle de référence dans le monde du yoga. Aînée de Ramamani et du maître de yoga B.K.S. Iyengar, Geetaji naquit près de Tumkur, la ville de sa mère, mais fut scolarisée à Pune, où son père s’était installé comme enseignant de yoga.

JPEG - 103.3 ko

Elle fut inspirée à commencer le yoga très tôt et n’y renonça jamais. Une néphrite à l’âge de 9 ans ne lui laissa qu’une moitié de rein et depuis lors, elle fut une étudiante assidue de yoga. Des décennies plus tard, lors d’une session de questions-réponses, lorsqu’on lui demanda si elle sentait qu’elle vivait dans l’ombre de son père, elle répondit avec conviction : "Je considère que j’ai une chance inouïe d’être dans la lumière de mon père, et non dans son ombre."

En 2012, Geetaji a conduit une convention à Portland, Oregon, USA, qui est devenue la référence de la congruence entre le yoga, la médecine et l’Ayurveda. Durant cette convention, elle enseigna les principes pour affiner l’art d’observer et d’appliquer les yoga-asanas dans le traitement et le soulagement de nombreuses affections. Elle répéta avec insistance que les yoga-asanas ont un pouvoir de transformation et ceci, grâce à l’alignement des corps périphériques avec les corps les plus profonds (sthula, sukshma et karana shariras) avec les bahya, antaranga et antaratma sadhanas.

Quand les gens parlent d’alignement, ils ne soulignent que les points de référence externes tels que les bras, les jambes, les muscles et les articulations. Mais là, quelqu’un nous a montré comment aligner sa vie par rapport aux enseignements de son Guru, comment aligner sa vie par rapport aux apprentissages d’un art, comment aligner sa vie par rapport aux responsabilités d’un pratiquant (sadhaka), d’un enseignant et d’un pilier de la communauté du yoga.

JPEG - 35.4 ko

Bien qu’elle fût une enseignante à part entière, elle resta une shishia (disciple) de son père et du yoga jusqu’à son dernier souffle. Ainsi, lorsqu’elle a conduit les très récentes cérémonies du centenaire de la naissance de Yogacharya B.K.S. Iyengar, où plus de 1200 étudiants de 53 pays ont participé à une session de 10 jours d’asanas et de Pranayama, elle a enseigné sans relâche six heures par jour, incitant les élèves à faire l’expérience directe de l’intelligence de leur corps et non pas à dépendre d’une expérience rapportée. Cette insistance sur l’apprentissage par soi-même et sur le développement de la connaissance de soi, de son corps, de son mental, de sa conscience et de son souffle fondait son éthique personnelle.

Elle est l’auteur de "Yoga Joyau de la femme" devenu un classique traduit dans plusieurs langues. Sa recherche perpétuelle l’a conduite à écrire "Yoga en Action : Initiation" et "Intermédiaire 1" qui sont devenus des ouvrages de référence pour les premiers niveaux d’apprentissage du yoga, ouvrages qui permettent d’accéder au contenu de "Lumière sur le Yoga" écrit par son père.

De même, toute la vie de Geetaji parle de ses profondes explorations de l’art que son père lui a présenté. La vie de Geetaji et son dévouement au travail de son père me rappellent une citation de Friedrich Nietzsche : "Longues sont les expériences que font les puits profonds : il leur faut attendre longtemps jusqu’à ce qu’ils sachent, ce qui tombe dans leurs profondeurs."

Ses soixante années de dévouement au yoga vont maintenant inspirer des générations entières de pratiquants."

A propos de Zubin Zarthoshtimanesh
Zubin Zarthoshtimanesh commença la pratique du yoga très jeune, grâce à son père qui rencontra Yogacharya B.K.S Iyengar en 1975. Le père de Zubin souffrait de spondylarthrite ankylosante et c’est grâce à la pratique du yoga sous la guidance de Guruji que sa santé s’est améliorée. Le père de Zubin a non seulement continué la pratique, mais a recommandé vivement à sa famille, y compris Zubin de se mettre au yoga.

Cette introduction a aidé Zubin à emprunter le chemin du yoga dès son plus jeune âge et après l’achèvement de ses études, il s’est entièrement dédié à l’enseignement du yoga. Il a étudié avec Guruji et l’a accompagné dans ses nombreux voyages pour participer aux conventions de yoga Iyengar internationales aux États-Unis, Angleterre, Espagne et France. Zubin enseigne à temps plein depuis 27 ans à Bombay en Inde.