Yogasara 2010 • N°11

JPEG - 321 ko

Yoga & médecine

Dans ce numéro, Guruji nous propose un dossier de quatre pages sur la santé et il nous expose comment celle-ci est étroitement reliée à l’attention et à la prise de conscience. Un contenu riche et passionnant.

Vous trouverez ci-dessous le sommaire de la revue ainsi que le début de l’article sur le Yoga et la médecine. Il vous donnera, nous le souhaitons, envie de télécharger librement l’ensemble de la revue et/ou d’adhérer à l’AFYI en vous connectant à votre espace adhérent.

Bonne lecture !


Sommaire

p. 2 / Invocation
p. 3 / Edito
p. 4 / Yoga & médecine (B.K.S. Iyengar)
p. 10 / Schémas et hiérarchie dans la pratique (Prashant Iyengar)
p. 14 / Recommandations pour un enseignant de yoga (Geeta Iyengar)
p. 18 / Lumière sur Adho Mukha Svanasana (fiche technique)
p. 28 / Fulcrum (Dominique de Bellefroid)
p. 29 / Hommage à Jean Colson, le yogi (S.F.Biria)
p. 31 / Liste des associations nationales de Yoga Iyengar® dans le monde
p. 32 / Liste des professeurs par ordre alphabétique
p. 36 / Liste des enseignants par département

Extrait

Yoga & médecine
"La santé est étroitement reliée à l’attention et à la prise de conscience"

par Yogacharya BKS Iyengar

JPEG - 55 ko

La thérapie par le yoga est probablement la moins chère au monde. Un jour viendra peut-être où l’on ne pourra plus se permettre les coûts d’un traitement médical et l’on se tournera vers une méthode de yoga pour recouvrer la santé à moindre frais. Les médecins devraient compatir avec ceux qui ont peu de moyens en les encourageant à pratiquer le yoga. Je vois encore des étudiants qui me disent que leurs médecins leur conseillent d’arrêter le yoga.

Eh bien, cela est peut-être dû à leur contrat moral de s’en tenir à leurs méthodes de traitement, comme le font également beaucoup d’entre nous. Mais ce qui me peine et me surprend à la fois, c’est que certains de ces spécialistes interfèrent avec une autre science qu’ils ne connaissent ni ne comprennent. Ils pensent tout savoir sur le corps humain et par là-même s’arrogent l’autorité d’attaquer tout traitement alternatif existant sous le soleil. C’est regrettable. Les gens considèrent les médecins comme les dieux du corps humain ; c’est probablement cette croyance qui les rend arrogants, comme s’ils étaient de parfaits connaisseurs du corps humain.

Dans les années quarante et cinquante, lorsque je présentais des démonstrations de yoga, les médecins me qualifiaient de contorsionniste. Si, au lieu d’utiliser ce mot, ils avaient réfléchi au degré de mouvement articulaire, à la lubrification des articulations, à l’amplitude possible de l’extension musculaire, ils auraient eu alors une meilleure compréhension de la physiologie du corps anatomique. S’ils avaient étudié l’amplitude du mouvement dans mes pratiques, je suis convaincu qu’ils auraient pu améliorer leurs connaissances du corps. De plus, les yogis avaient l’esprit ouvert pour étudier la mobilité de chaque mouvement dans chaque asana, non seulement sur un plan anatomique mais également du point de vue physiologique et psychologique, ceci afin de découvrir les valeurs de chaque étape d’une science de guérison.

Certains scientifiques au sein du corps médical sont progressivement en train de changer d’avis et reconnaissent maintenant la valeur du yoga. Cela tient à leur ouverture d’esprit."

Lire la suite