Yoga pour les enfants, trois enseignantes témoignent

JPEG - 144.7 ko

Depuis cette année, trois de nos professeurs, Dominique Bishop, Gambuja Grosjean et Emily Megged, organisent des sessions d’introduction à l’enseignement du Yoga IYENGAR® aux enfants et adolescents, sous forme de deux week-ends dans l’année proposés aux professeurs certifiés et intéressés. Yogasara, la publication annuelle de l’Association française de Yoga IYENGAR®, les a questionnées sur leurs motivations et leur façon d’aborder la pédagogie du yoga quand elle s’adresse aux plus jeunes. Cet entretien est à retrouver dans le magazine Yogasara n°19 (2018).

Quelles ont été vos motivations pour enseigner le yoga aux enfants ?
Le fait d’avoir commencé soi-même le yoga très tôt peut être une source de motivation. Ainsi s’est imprimé le souvenir de ce point d’ancrage qu’est le yoga, qui a aidé à se définir et à prendre confiance en soi. Le yoga durant les années scolaires contribue à canaliser son énergie, à se concentrer pendant les cours et surtout lors des examens. Par exemple on peut apprendre aux ados quelques postures simples qui les aident à se motiver pendant la période du bac, comme l’équilibre sur les mains (adho mukha vṛkṣāsana), qui rafraîchit et réveille quand on est resté longtemps assis et parfois crispé.

La motivation peut aussi venir de l’expérience positive de notre propre pratique, qui nous donne envie de la transmettre aux enfants pour leur faire du bien tout en les amusant. L’ouverture d’esprit des enfants, leur capacité d’apprendre et d’avancer est fascinante. Ils évoluent dans un espace où chacun progresse à son rythme. Les timides s’ouvrent, les trop énergiques se canalisent. Nous leur donnons de la valeur en les encourageant et en les soutenant. Nous cultivons leur esprit positif et apportons certaines notions de respect, d’écoute. Ils s’amusent et font vivre leur imagination.

Nous constatons tout de suite une transformation chez les jeunes élèves. Leur corps grandit, leur manière de se tenir change, leur regard s’ouvre et brille. Le yoga les aide à s’épanouir, à prendre conscience de leur corps, à développer leur concentration, leur mémoire et leur confiance en soi. Les résultats avec les enfants sont rapides, ce qui est extrêmement motivant pour le professeur. Avec eux, la transmission du yoga est facile, directe et souvent durable.

Si nous souhaitons changer quelque chose dans le monde, il faut commencer avec les enfants. Les graines que l’on sème dans l’enfance peuvent mettre du temps à germer, mais elles sont là, prêtes à se développer.

JPEG - 37.5 ko

Y a-t-il un profil particulier de professeur de yoga pour enfants ?
Le principal est d’aimer les enfants et de se sentir à l’aise avec eux. Cela nous demande de retrouver notre propre enfant intérieur pour être en correspondance avec leur monde. Nous ne devons pas avoir peur de nos propres limites physiques ou mentales, de façon à ne pas les transmettre aux enfants, car ils n’en ont pas, ou très peu. Il faut être à l’écoute et capable de s’adapter. Et il vaut mieux être prêt à suivre… car les enfants apprennent très vite (par exemple le nom des postures en sanscrit) et ils veulent sans arrêt apprendre de nouvelles postures.

Une fois que nous avons la base de l’enseignement pour adultes, nous devons pouvoir être créatifs pour enseigner aux enfants, jouer avec les postures et les séquences pour capter leur intérêt et leur concentration. Mais il faut de l’énergie pour leur donner un cours, ce qui demande une bonne pratique personnelle par ailleurs. Nous redevenons enfant pendant ces cours, en gardant bien sûr l’autorité du professeur pour gérer le groupe. Le challenge est de leur apprendre régulièrement de nouvelles postures, de créer de la nouveauté et du défi dans le cours. La bonne nouvelle est qu’en enseignant aux enfants on développe une énergie juvénile. Leur contact et la pratique avec eux nous aident à rester jeunes.

Est-ce que vous enseignez différemment à des enfants ou à des adolescents, à des filles ou à des garçons ?
Oui, entre les enfants et les ados, c’est assez différent, le rythme change, l’exigence posturale augmente. L’ado est plus sélectif et a des demandes spécifiques, alors que l’enfant prend volontiers tout ce qu’on lui propose. Pour les enfants nous enseignons de manière ludique, l’enchaînement des postures est assez rapide de manière à canaliser leur énergie. L’agencement des séquences doit changer souvent. Il y a peu de détails à donner sur la façon de faire les postures, cela ne les intéresse pas vraiment. Les mots d’ordre sont le jeu et la joie.

La pratique est la même pour les filles et les garçons. Pour les adolescents l’enseignement est différent. Il faut les accompagner dans leur changement physique, hormonal et mental. La pratique garde une forme dynamique pour qu’ils restent bien éveillés, avec quelques explications simples et concises sur les postures. Nous devons trouver une corrélation entre la pratique et leur vie quotidienne, leur montrer comment le yoga peut les aider dans leur vie (concentration, confiance en soi…).

Les adolescents n’aiment pas que nous leur parlions comme à des enfants. Ils aiment que nous les traitions comme des adultes, mais l’enseignement est différent d’un cours pour adultes ou pour enfants. Nous devons commencer à les sensibiliser à des actions plus précises, aux directions dans les postures et aux mouvements clés dans la pratique. Nous demandons plus à des adolescents qu’ils fassent une posture correcte avec les jambes tendues, les bras étirés et la colonne érigée. Avec les enfants, les postures sont plus souples, nous n’insistons pas trop sur les jambes tendues, les angles parfaits et l’alignement. Pendant l’adolescence il y a de nombreux changements physiques et hormonaux. Ces changements causent souvent une perte de confiance et de familiarité avec le corps.

JPEG - 79.1 ko

La pratique du yoga aide les ados à reprendre contact avec leur corps, et à traverser ces années délicates avec plus d’équilibre. Ils sont en période de construction. Cela peut être le moment d’introduire les bases de la philosophie du yoga. Si nous arrivons à susciter leur intérêt et à gagner leur confiance, leur côté réceptif leur permettra d’absorber les principes fondamentaux de l’enseignement du yoga.

La pratique filles et garçons est la même. Il y a toutefois un accompagnement à faire pour les jeunes filles quand surviennent leurs menstruations, en leur expliquant que la pratique du yoga respecte cette part féminine, que certaines postures peuvent les aider et que tout ceci est important pour leur future vie de femme. Plus généralement il est évident que certaines postures mettent plus en valeur les filles ou les garçons. L’essentiel est que chacun soit valorisé à un moment ou à un autre dans le cours. Enseigner aux adolescents demande une compréhension de leur situation sensible. Il s’agit de les guider et de leur donner la force et le courage d’être eux-mêmes et de vivre en paix avec le monde.

Crédits photos
Dominique Bishop, Gambuja Grosjean et Emily Megged, tous droits réservés.