Rencontre avec Lydie Drivière, présidente du Comité Technique d’Enseignement

En ce début d’année 2019-2020, nous vous proposons de partir à la découverte des comités qui rythment la vie de l’AFYI. Dans cet interview, faites la connaissance de Lydie Drivière, présidente du Comité Technique d’Enseignement qui oeuvre en permanence pour la qualité de l’enseignement du Yoga IYENGAR®.

JPEG - 418.8 ko

Bonjour Lydie, depuis le printemps dernier, vous êtes la nouvelle présidente du Comité Technique d’Enseignement (CTE) de l’AFYI. Derrière cette fonction, il y a le parcours d’une femme et une rencontre avec le Yoga. Pouvez-vous nous décrire ce cheminement pour celles et ceux qui ne vous connaissent pas ?
Bonjour. Depuis que je suis jeune, je suis fondamentalement intéressée par la notion d’implication du corps. J’ai pratiqué l’athlétisme ou encore l’expression corporelle et l’aikido. Abandonnant mes études alors que j’étais en troisième année de médecine, j’ai quitté la France pour le Japon et l’aikido. C’était en 1984. Ma pratique était intense et je commençais à sentir quelques douleurs. J’ai alors cherché à soigner le corps par le corps et c’est à ce moment que j’ai rencontré un enseignant qui pratiquait un yoga postural. Premiers pas dans le yoga avant de m’envoler en 1988 pour l’Inde où je fais la connaissance de mon premier professeur de Yoga IYENGAR®. C’est le déclic et je me dis que je viens de trouver ma voie : remplir ma vie de Yoga. De retour en France, j’ai suivi la formation certifiante et j’ai créé le Centre de Yoga IYENGAR® de Tours ce qui m’a demandé une grande opiniâtreté car je n’avais aucun réseau social. Depuis près de trente j’y enseigne avec enthousiasme et un profond sentiment de gratitude pour cette rencontre qui fut si décisive dans ma vie.

Qu’est-ce qui a motivé votre choix de vous investir dans le CTE de l’AFYI ?
Pour être sincère, j’ai d’abord refusé malgré plusieurs sollicitations. Le nouveau CTE s’est donc constitué sans moi et, quelques temps plus tard, un concours de circonstances a fait que le poste s’est de nouveau retrouvé sur ma route. C’était un vrai cas de conscience. J’ai finalement accueilli cela avec le sentiment profond que le karma était venu me chercher. Depuis, je m’applique pour m’aligner avec le poste et ses missions. Je n’oublie pas également que je suis bien épaulée par une équipe de huit personnes actives dont plusieurs ont vécu les tout premiers débuts de l’AFYI.

Justement, pour nous permettre de découvrir la vie du CTE, pouvez-vous nous parler des grandes missions du comité ?
Pour résumer, nous sommes les garants d’une formation de qualité de tous les professeurs de Yoga IYENGAR® en France. Notre travail va de l’organisation de tous les examens de professeurs quel que soit le niveau, du contrôle de la nomination et de la formation d’examinateurs à l’approbation des enseignants aptes à former des professeurs, en passant par le contrôle des procédures de formation des professeurs en relation avec les critères du RIMYI.

Votre mandature court jusqu’en 2024. Y a-t-il un point particulier que vous souhaitez traiter ou améliorer ?
Le grand chantier est celui qui va impacter la formation des professeurs à la fin de l’année 2020. En effet le RIMYI souhaite accentuer la qualité de la formation de ses enseignants à travers le monde et bien homogénéiser celle-ci. Nous allons donc devoir mettre à jour la formation des professeurs français et faire appliquer les directives de Pune. L’activité du CTE va donc être très dense dans cette période de transition et je remercie particulièrement Anne-Marie Van Holder et Ileana Wirth qui gèrent respectivement les examens Base et les examens Junior et Senior en s’adaptant à la fois à la nouvelle gestion informatique des examens et aux nombreuses demandes de clarification de la part des candidats.

Merci pour ces précisions, le mot de la fin est pour vous Lydie !
J’aimerai d’abord remercier la nouvelle présidence pour son investissement et ses qualités. En effet, je connaissais peu Clarisse et Dominique mais j’ai vite remarqué qu’elles mettent avec une grande générosité leur expérience professionnelle au service de l’AFYI. C’est un superbe cadeau qu’elles font à notre association ! Enfin, je terminerai par cette citation de Guruji : « La motivation doit être fondée sur la bonté du cœur ». C’est ainsi que je m’efforce de pratiquer chaque jour, que j’oriente mon enseignement et que je m’investis pour le CTE.