Martine Simon : « Le Yoga Iyengar® a su me rassembler »

Il y a quatre ans seulement, Martine Simon découvre le Yoga Iyengar®. Malgré la pandémie, un départ à la retraite et un déménagement, cette comédienne, metteur en scène, chorégraphe et pédagogue de métier a su trouver dans sa pratique des richesses qu’elle ne soupçonnait pas. Depuis cette rencontre singulière, et dans une période de nombreux changements pour elle, les asanas, le pranayama et les lectures sont devenus des partenaires de route à la valeur inestimable.

JPEG - 496.2 ko

Martine, merci d’avoir accepté notre invitation, peux-tu nous parler de ta rencontre avec le Yoga Iyengar® ?
Avec joie. C’était à Divonne-les-Bains au printemps 2018. Dans le cadre de mon métier de chorégraphe, j’ai eu l’opportunité de bénéficier d’un cours proposé par une enseignante locale. Auparavant, j’avais expérimenté le Yoga Vinyāsa, mais je ne connaissais pas la méthode Iyengar. Je me souviens de ce premier cours comme si c’était hier. Je me suis assise sur un bolster bleu, je me rappelle très bien la couleur, j’ai mis mes mains en coupole derrière le dos, j’ai entendu le AUM et je me suis dit : « C’est ça ! ». Ma curiosité m’a poussé ensuite à participer, en Ardèche, à un stage d’une semaine. Une expérience formidable qui m’a amenée à m’inscrire dès la rentrée dans un studio de Divonne-les-Bains. Avec la pandémie j’ai ensuite pratiqué en visio, un peu comme tout le monde, et suite à mon déménagement près de Bordeaux, j’ai eu la chance de faire la connaissance d’une enseignante chevronnée qui m’inspire beaucoup.

Tu as connu beaucoup d’enseignants en quatre ans, cela ne t’a pas rendu les apprentissages plus complexes ?
Pas vraiment. Même si j’y ai déjà pensé, j’ai vite réalisé que le socle de formation des enseignants est tellement solide que je retrouvais mes bases à chaque fois. C’est, je pense, l’un des aspects du Yoga Iyengar® qui m’a plu. Où que l’on pratique, on retrouve des fondations rigoureuses, un vrai tronc commun d’enseignement.

Lors de ta première séance, tu évoques avoir pensé : "C’est ça !" Peux-tu nous préciser le contenu de ces mots et ce que tu as ressenti à ce moment-là ?
Il n’est pas simple de mettre des mots sur ce moment. C’était holistique. C’est tout mon être qui vibrait. Et j’ai pensé : "Là va se rassembler là où tu en es. Là tu vas faire des expériences et peut-être trouver des réponses que tu n’as pas trouvées avant." L’accueil, le cérémonial de début de cours, la philosophie : tout m’a mise en confiance. Pourtant j’ai exercé mon corps au quotidien dans mon métier, durant des années, mais je pense que ma pratique du Yoga Iyengar®, hors cadre professionnel, m’a aidée à être moins dans l’attente de résultat. J’ai pu prendre le temps d’expérimenter sans jugement, avec mes blessures et à mon rythme.

JPEG - 294.6 ko

Tu parles de blessures…
Oui les blessures du corps et de l’âme. J’avais déjà constaté grâce à la méthode Feldenkreis que la lumière sort de la blessure. J’ai bien retrouvé cela dans le Yoga Iyengar® mais à un autre moment de ma vie, à 60 ans. Ma fin de carrière professionnelle s’est terminée difficilement après 27 années au même endroit et puis j’ai déménagé. Tous ces changements et difficultés ajoutés à la période Covid auraient pu avoir un impact plus douloureux, je pense, sans cette pratique régulière du Yoga Iyengar®. Et puisque nous sommes à évoquer les blessures, j’apprécie particulièrement tout le matériel utilisé. C’est d’une richesse inouïe. Tout le monde peut être aidé par ce Yoga. J’ai toujours été convaincue que le corps a plein d’outils pour se réparer lui-même.

Il semble que le Yoga Iyengar® rassemble beaucoup de choses que tu avais déjà en toi, est-ce bien ça ?
C’est un peu ça. J’ai beaucoup de joie à piocher et à saisir ce qui est beau dans cette méthode : tant la part de souffrance que la discipline que les sourires. C’est un joli paquet cadeau que j’accueille chaque jour humblement.

Est-ce que tu dirais que le Yoga Iyengar® a modifié ton quotidien ?
Je dirais que la pratique m’amène beaucoup de calme et m’aide à mettre certaines choses à distance. Comme si je pouvais porter un nouveau regard sur ces choses. J’observe également, tous les bénéfices physiques. J’ai dansé durant de nombreuses années et j’ai constaté que ma souplesse n’était pas qu’un atout. J’ai l’impression d’être plus juste aujourd’hui, plus équilibrée. Mon sommeil est meilleur. Et comme toute pratique régulière, je ressens un besoin quotidien à m’exercer. Enfin le pranayama et la philosophie Iyengar aiguisent mon intérêt. J’ai vraiment envie de creuser dans cette direction.