Leçon 1 (8 avril 2020)

Cette série de vidéos est consacrée à l’étude yogique. Prashant s’adresse aux pratiquants de tous niveaux. Il suggère de choisir une posture (n’importe laquelle) et de la pratiquer en observant ce qu’il va expliquer. Une posture, c’est différent d’un āsana.

AMENEZ VOTRE ATTENTION, VOTRE CONSCIENCE SUR LE CORPS, LE MENTAL ET LE SOUFFLE.

Installer le corps dans une posture ou une position donnée n’est pas le yoga.

Il faut observer l’utilisation de chacune des parties du corps : les différents membres, le bassin, l’abdomen, la poitrine, le haut ou le bas du dos. Vous devez accéder à ces zones et voir comment vous pouvez les utiliser dans votre posture. Il ne s’agit pas simplement de "faire".

Prashant décrit différents aspects à observer dans l’āsana :
1. Voir les connections. Par exemple, connecter l’action des membres et du tronc.
2. Utiliser le souffle. Parfois, on cherche l’exercice, on travaille le corps squelettique. Vous devez aussi utiliser le souffle, le souffle combiné au mental. Injectez le souffle dans le corps squelettique.
3. Utiliser le mental. Voyez votre intention, dans quelle disposition vous êtes. Utilisez le mental pour différentier la partie motrice, source de l’action de celle qui est activée. Utilisez la force de volonté, la mémoire. La perception, la cognition, le processus de pensée, la délibération, la perception consciente, la sensibilité sont des fonctions du mental.
4. Observer le corps organique, le corps physiologique. Comment se comporte-t-il ?
5. Observer l’impact de l’inspiration, de l’expiration ? Essayez de modifier le schéma du souffle. Observer la présence du souffle dans chacune des parties du corps.
6. Exercer le mental. Le mental est activé via le corps et le souffle. Les 3 sont interconnectés, ils agissent ensemble. C’est cela le yoga

LE CORPS, LE MENTAL ET LE SOUFFLE SONT LES TROIS COMPOSANTES DE LA PRATIQUE YOGIQUE.

LE YOGA AU SENS CLASSIQUE COMPREND DEUX ASPECTS :

Un processus purificateur
L‘expiration est un processus de purification du mental. Appliquez-vous à expirer davantage, plus souvent. C’est un travail cellulaire. Expirez avec la tête, expirez avec le cerveau, expirez dans le bassin. Essayez et faites l’expérience, c’est comme une excrétion interne. Le mental, le corps et le souffle activent, sont activés, utilisés, appliqués… La purification est un nettoyage (cf. Y.S II 28. "yogāñgānuṣṭhānādaśuddhikṣaye jñānadīptirāvivekakhyateḥ.")

Un processus de connaissance
C’est pourquoi il s’agit d’une étude. Le corps, le mental et le souffle travaillent l’un pour l’autre. C’est une œuvre sociologique interne que vous pouvez observer dans n’importe quelle posture.

QUELQUES MOTS SUR LA PÉRIODE ACTUELLE

Le monde est sous tension, en état de sidération. Tout le monde aspire à une bonne immunité tant qu’il n’y a pas de remède au Coronavirus. Les deux facteurs d’immunité sont le système organique et le mental (le cerveau) :

Le système organique, en particulier l’abdomen doivent être en bonne santé pour renforcer les mécanismes de défense. Concentrez-vous sur les organes de l’abdomen et activez-les dans vos postures. La nourriture aussi est importante (des produits frais, une nourriture saine, préparée de préférence à la maison).

Le mental (le cerveau). L’anxiété affaiblit le système immunitaire. Nous devons cultiver un mental sain, un état psychologique équilibré, stable qui sait prendre de la distance, détendu. Dans les āsana, détendez le cerveau, le visage, le crâne. Pour accroître l’immunité, il faut impliquer le cerveau. Cultiver un état de non attachement, éloigné des dualités, des polarités. Travaillez pour vous affranchir des dualités.

Mais l’immunité n’est pas une pilule, c’est un processus métabolique. Les āsana ou le prāṇāyāma ne sont pas des pilules ! Il faut du temps, ce n’est pas seulement une séquence qui créera l’immunité. On parle de biochimie.

Pour améliorer votre métabolisme, améliorez votre biochimie interne.


Remerciements
Ce texte en français nous est aimablement fourni par Marie-Laurence Cros.