Clarisse Salou et Dominique Noyès, un binôme inédit à la tête de l’AFYI

JPEG - 626.8 kb

Clarisse Salou, Dominique Noyès, vous êtes respectivement la nouvelle présidente et la nouvelle vice-présidente de l’AFYI. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Clarisse Salou (CS) : « De formation ingénieur spécialiste juridique en brevet d’invention, je pratique assidument le yoga Iyengar® depuis près de cinq ans et cela a changé le cours de ma vie, au point que j’ai souhaité m’investir pour cette communauté. J’envisage de préparer le professorat en tutorat. »


Domique Noyès (DN) : « Anciennement assistante de direction dans un contexte international, ayant vécu à Londres 10 ans où j’ai expérimenté différentes formes de yoga, mon premier cours de yoga Iyengar® fut une révélation, une évidence. Je pratique le yoga Iyengar® depuis presque 20 ans et j’ai quitté mon travail en 2014 pour me consacrer pleinement au yoga. Je suis professeur depuis 10 ans. »

Une élève et un professeur à la tête de l’AFYI, vous formez un duo inédit. Pouvez-vous nous éclairer sur ce binôme étonnant au premier regard ?

CS et DN : « En effet, c’est la première fois dans l’histoire de l’AFYI qu’une élève, Clarisse en l’occurrence, occupe le poste de président de l’association. Cela peut surprendre et c’est pour cela que nous nous présentons en binôme. Dominique étant professeur depuis de nombreuses années, nous comptons sur notre complémentarité pour atteindre nos objectifs. Il faut se souvenir également que l’AFYI c’est 372 professeurs et 3772 adhérents. A nous deux, nous représentons à la fois la voix des élèves et la voix des professeurs. Et de reprendre en cœur ces mots de Guruji : « Nous ne devons pas avoir peur du changement. Au contraire, nous devons l’accueillir. Car sans changement, rien dans ce monde ne grandirait, ne fleurirait ; et personne en ce monde ne pourrait devenir la personne qu’elle est supposée être. »

JPEG - 675.5 kb

Qu’est-ce qui a motivé votre candidature ?

CS et DN : « Nous sommes membres du CA depuis deux ans, au poste de secrétaire (Clarisse) et secrétaire adjointe (Dominique). Ensemble, nous avons été impliquées et avons couverts tous les projets de l’AFYI impulsés sous la présidence de Jean-Michel (Kuhry) assisté de Malika (Zelewitz). Fortes de nos expériences professionnelles respectives, et notre capacité à travailler en synchronicité et en complémentarité, nous souhaitons mettre nos compétences à la fois juridiques et organisationnelles au service de l’AFYI, sous l ’œil bienveillant et aiguisé des professeurs seniors de notre communauté qui, nous l’espérons, sauront toujours nous guider et nous dire si nous sommes sur la bonne voie. »

Clarisse : « J’ai découvert au CA de l’AFYI une équipe de bénévoles enthousiastes et bienveillants. A l’occasion des conventions, j’ai aimé cette communauté. J’ai aussi appris pendant deux ans à me familiariser avec le travail des organes de l’AFYI, et en particulier j’ai travaillé aux côtés de Jean-Michel Kuhry sur les statuts de l’association. Dans la perspective de la nouvelle mandature, j’ai décidé de me présenter à la présidence une fois assurée de travailler avec une équipe de personnes de confiance, par ailleurs toutes professeurs d’expérience de yoga Iyengar®, avec qui j’avais travaillé pendant un voire deux ans : Florence Hein, Hélène Landesque et Dominique Noyès. J’ai en particulier travaillé en binôme avec Dominique pendant un an en harmonie. C’est un plaisir et un honneur d’être à présent Présidente de l’AFYI et mettre mes compétences professionnelles au service de la communauté. »

Dominique : « Quand j’ai rejoint le Conseil d’Administration il y a deux ans, je ne m’attendais pas à une telle aventure, une si belle aventure. J’ai donc décidé de continuer d’œuvrer en binôme avec Clarisse, en continuité de ces dernières années. »

Quels sont vos souhaits pour l’AFYI, que lui souhaitez-vous durant votre mandat ?

CS et DN : « Nous souhaitons poursuivre notre mission première qui est de permettre de diffuser l’enseignement de B.K.S. Iyengar conformément à ses directives, et à celles de ses successeurs, en liaison avec le RIMYI. Il s’agit de garder notre identité tout en nous adaptant à l’époque actuelle. Il est important également de rester au service de nos adhérents, au premier rang desquels les professeurs constituent le socle de notre structure. Les missions que nous pourrons remplir seront à la mesure des forces vives sur lesquelles nous pourrons nous appuyer. Il est évident que l‘AFYI est devenu une association de grande envergure et qu’à ce titre nous ne pouvons plus nous permettre de mener des projets de façon totalement bénévole. Nous avons la responsabilité d’agir le mieux possible pour les adhérents, professeurs et élèves, et dans ce cadre, nous nous entourerons de plus en plus de professionnels afin de gérer au mieux chaque projet.

Nous souhaitons continuer la mission de la mandature précédente, qui est de professionnaliser et de mettre aux normes notre association qui a beaucoup grandi, tout en stabilisant la structure pendant le bouleversement que constitue le changement de formation des professeurs prévu en 2020.
Enfin, nous avons pour ligne de conduite d’agir dans la joie et la lumière du yoga. »

JPEG - 511.1 kb

Que pensez-vous mettre en œuvre afin d’approcher ces objectifs ?

CS et DN : « Nous allons continuer la professionnalisation des postes en appui avec des prestataires extérieurs (comptabilité, informatique, événementiel etc.). Le site internet va continuer à être amélioré pour continuer à mettre ses fonctionnalités à disposition des comités (éthique, technique, convention), pour le plus grand bénéfice de nos adhérents. Un autre gros changement sera, dès cette année 2019-2020, de tester la jonction de la Convention nationale et de la Convention des professeurs en un même lieu à Arles en mai-juin 2020. Notre rôle est d’administrer et de continuer à développer les merveilleux projets qui ont été initiés par les précédents CA et bénévoles avant nous, chacun ayant apporté sa pierre à l’immense édifice qu’est devenu l’AFYI en France.

Nous devons aussi perpétuer la mémoire de Guruji. En effet, l’AFYI, c’est aussi une histoire, un patrimoine. Nous nous considérons comme des « gardiens du temple ». Nous nous devons de préserver ce patrimoine qui ne cesse de s’enrichir grâce aux adhérents de plus en plus nombreux chaque année. Un premier travail d’archivage a été effectué en 2018-2019 mais un énorme chantier de centralisation des données (papier ou numérique) reste à faire afin de faciliter la transmission aux futurs CA.

B.K.S. Iyengar a dit : « N’arrêtez pas d’essayer, juste parce que vous n’atteignez pas la perfection. » Oui, tout ne sera pas parfait, mais nous continuerons d’essayer de faire au mieux pour tous !