Au cœur du Yoga Iyengar®

Titre original : The Core of Iyengar Yoga

Extrait de Yoga Rahasya, volume 27, n°1 2020 (pages 42 à 53)
Ceci est une retranscription éditée d’une conversation donnée par Abhijata Sridhar Iyengar en décembre 2019.

Qu’est-ce que le Yoga Iyengar® ?

JPEG - 37.4 ko

Au premier abord, la réponse serait : une école de yoga basée sur les enseignements de BKS Iyengar. Pour le reste du monde, cette affirmation convient. Mais nous, pratiquants de Yoga Iyengar, ne sommes pas le monde extérieur. Nous sommes pratiquants de Yoga Iyengar et avons notre propre monde. Alors entre nous, qui avons reçu ses enseignements, qui avons été mentorés, nourris et enrichis par lui, quelle est notre témoignage ? Quel récit faire ?

Nous sommes à présent livrés à nous-même puisque l’homme à qui nous devons ce système, notre cher Guruji nous a quitté en août 2014. Tant qu’il était en vie, il personnifiait le Yoga Iyengar. Et maintenant que faire ?

Son départ a laissé un vide. Un vide énorme. Irremplaçable. Nous nous sentions perdus. Comme si un rocher énorme pesait sur nous. Nous ne savions que faire. Comment aller de l’avant ? Nous ne savions même pas si nous voulions aller de l’avant.

Dans ces moments difficiles, la présence de Geetaji et Prashantji était notre consolation.

En décembre 2018, l’une des deux branches du Yoga Iyengar disparut à son tour. Geetaji nous quitta.

Le vide, le néant s’agrandit. Et maintenant que faire ?

Nos cœurs ne battaient plus qu’à un seul rythme. Et notre pouls semblait dire : “Et maintenant que faire ?

Une fois de plus, toute la communauté s’est sentie perdue. Nous comptons sur Prashantji pour continuer à nous nourrir de Yoga Iyengar. Cela fait un an maintenant.

Lorsque des hommes ou des femmes d’exception … ou d’une grande sagesse disparaissent, le vide qu’ils laissent ne sera jamais comblé. En fait, nous ne devrions même pas essayer de combler ce vide.

La seule chose que nous puissions faire, ou que nous devrions faire est de faire état du présent.

Comment faire la narration du YOGA IYENGAR® ?

Dans l’expression "Yoga Iyengar", le mot Yoga est la racine, le substrat. Il est dit que le yoga existe depuis toujours. Cependant, nous devons la naissance du Yoga Iyengar à une seule personne. Étudions donc de plus près la saveur que cet homme, BKS Iyengar, a apporté au yoga pour qu’aujourd’hui, nous ayons cet arbre gigantesque, cette grande communauté qui ne peut imaginer la vie sans cet aspect – le Yoga Iyengar.

Nous ne pouvons nous reposer sur le postulat que le Yoga Iyengar est celui pratiqué par BKS Iyengar. Nous ne pouvons imiter son style et affirmer que le Yoga Iyengar se pratique ainsi.

Patañjali a codifié le yoga. Que célèbre le monde aujourd’hui ? Patañjali ou ses enseignements…l’homme ou le yoga aṣṭāṅga ? Son système, ses enseignements étaient et sont donc plus grands que le personnage lui-même – Patañjali.

Il existe des milliers et des milliers de pratiquants de Yoga Iyengar à travers le monde, et la proportion de personnes ayant vu ou côtoyé Guruji directement est très faible. Pourtant, l’enseignement, le système sont bien là…et ils ont touché les individus. Comme nous le savons très bien, BKS Iyengar a touché la vie de millions de personnes. Et ses enseignements comme son système ont touché la vie de milliards de personnes. Le système est plus grand que l’homme.

JPEG - 49.1 ko

Pour les disciples de Guruji, il est peut-être désolant d’entendre que le Yoga Iyengar est plus grand que BKS Iyengar. Mais la réalité est que le Yoga Iyengar est plus que Iyengar lui-même. Le fait que nous soyons tous là aujourd’hui en est la preuve. Dans ce cas, ceux qui l’ont vu ne peuvent clamer que ceux qui ne l’ont jamais rencontré en personne sont voués à l’échec. Pas du tout. C’est faux. En clamant cela, nous dénigrerions le travail monumental qu’a effectué BKS Iyengar.

Oui, il n’est pas devant nous. Nous ne pouvons voir l’incarnation physique du Yoga Iyengar… nous ne pouvons voir la personnification du Yoga Iyengar aujourd’hui …

Mais c’est là que nous devons prendre du recul et avoir une vision plus globale. Ainsi, nous comprendrons le Yoga Iyengar bien mieux que ce que nous prétendons avoir compris.

Approchez votre paume de main de votre visage… au point où elle touche presque votre nez. Vous n’arrivez pas à distinguer de quoi il s’agit. Vous devez prendre du recul pour mettre les choses en perspective.

Revenons en arrière, à l’époque où Guruji était encore en vie.

Que faisions-nous ? Que comprenions-nous ? Que discernions-nous ?

Je m’interroge : Qu’ai-je fait…qu’ai-je discerné…de tout ce que j’ai vu…de tout ce que j’ai entendu…de tout ce que j’ai fait… ? En quoi ai-je traduit tout cela ?

J’ai vu BKS Iyengar.

J’ai entendu BKS Iyengar.

J’ai fait ce que BKS Iyengar faisait ou me disait de faire.

Je l’ai assisté.

Mais ce faisant, j’en ai fait un système centré sur la personne. Je voyais le Yoga Iyengar à la lumière de ce que faisait BKS Iyengar. Je n’avais jamais pris conscience du fait que le système allait en réalité au-delà de BKS Iyengar. Je suis passée à côté de ce que BKS Iyengar accomplissait dans la lumière du yoga.

BKS Iyengar n’était pas le système. SI NOUS CONSIDÉRONS QU’il était une personne qui représente le système, nous obtenons une nouvelle perspective.

Il le disait lui-même : "Ce que j’enseigne, je ne l’appelle pas Yoga Iyengar. J’enseigne ce que Mahaṛṣi Patañjali a transmis".

Donc afin de répondre à l‘interrogation “Qu’est-ce que le Yoga Iyengar”, nous avons maintenant deux séries de questions à nous poser :

• Que m’a enseigné Guruji ? Que nous a-t-il enseigné ? Le problème ici est qu’au lieu de voir le contenu de son enseignement, nous voyons sa forme. Donc son ton, le volume de sa voix, son style, ses méthodes. Mais qu’en est-il du yoga ? (Uttānāsana par exemple).
• Quel est le sous-entendu du Yoga Iyengar ? Que doit-on lire entre les lignes de l’enseignement de Guruji ?

La première question est centrée sur la personne, la deuxième est centrée sur le système. La question centrée sur le système présente une perspective plus large.

Alors, si vous voulez trouver du sens à ce qu’a accompli BKS Iyengar, vous devez comprendre ce que Prashantji ne cesse d’affirmer. Ici, la contribution de Prashantji est énorme. Cela requiert un acte de foi. Il a contribué à rendre le Yoga Iyengar plus grand que le personnage lui-même.

Geetaji a joué un rôle déterminant pour décoder les nuances du système et pour rapprocher Guruji de nous. Prashantji joue un rôle fondamental pour décoder la pensée du système, l’idée dans le système et l’approfondir. Il n’est pas étonnant que Guruji les décrivait comme les deux branches de son arbre.

Notre compréhension du Yoga Iyengar sans ces 2 piliers serait très, très insuffisante. Un pilier sans l’autre serait incomplet.

Pour comprendre notre école de yoga, j’ai décidé de répertorier ses caractéristiques.

L’une des premières caractéristiques frappante est :
Le non-refus

Le Yoga Iyengar ne refuse personne. Pour quiconque le souhaite, quel qu’il ou elle soit, l’apprentissage du yoga est possible. Il n’y a pas de prérequis ou de conditions d’admissibilité – écrits ou non-écrits, dits ou non dits. L’origine ethnique, le sexe, la catégorie sociale, la morphologie, la mentalité, le type d’intelligence, les orientations – tout cela n’a aucune importance. Ceci est finalement le principe fondamental du yoga.

Sārvabhaumaḥ Mahāvtratam. Universel. Patanjali a employé ces mots dans le contexte de yama. Mais notre Guruji en a étendu l’application aux 8 pétales du yoga. Je ne prétends pas qu’il s’agisse d’une exclusivité du Yoga Iyengar lorsque je mentionne cette caractéristique mais je tiens à dire que notre école de yoga en hérite/suit/maintient cette spécificité inhérente au yoga lui-même.

Permettez-moi de développer ceci.

Toute recherche scientifique nécessite un certain niveau d’intelligence. Toute entreprise artistique requiert un certain sens de la curiosité / une sensibilité. Toute quête philosophique exige une certaine disposition/culture de l’esprit. Toute sorte d’activité physique requiert un certain niveau de souplesse / mobilité / état du corps.

Il y a bien sûr des personnes qui ne répondent pas à ces critères mais qui ont excellé dans ladite activité…mais le mérite revient alors à l’individu en question, qui par sa volonté exceptionnelle, son endurance, son incroyable ténacité, et son esprit indomptable ont rendu ce succès possible. Toutefois, en tant qu’école, je voudrais ici souligner que la méthode de Yoga Iyengar est accessible à TOUS ceux qui souhaitent l’entreprendre.

Mince, corpulent, faible, petit, malade, handicapé… Peu intelligent … ou peu sensible… réfractaire à la philosophie…aucune de ces caractéristiques ne constituera un obstacle pour une personne voulant apprendre le Yoga Iyengar. Dans le cadre d’un cours ou de l’apprentissage, toutes ces situations sont abordées, dans le flux, et accessoirement. Mais surtout, nombres de choses ne seront même pas traitées. Le Yoga Iyengar est donc essentiellement accueillant et inclusif. De toute façon, qui sommes-nous pour refuser l’apprentissage à quiconque ?

Ce faisant, le Yoga Iyengar a éliminé le complexe d’infériorité de l’homme ordinaire. Il s’agit d’une avancée considérable, voire d’un tournant. Cela a complètement inversé l’ordre des choses. Le yoga était considéré comme un sujet pour les pandits instruits ou les étudiants de Sanskrit.

BKS Iyengar a totalement transformé le récit et a connecté le yoga à l’homme ordinaire. Cela a permis de rendre le nectar du yoga accessible à des millions de personnes, qui n’étaient pas formellement initiées au yoga.

Une autre caractéristique du Yoga Iyengar est d’être :
Bien défini, bien tracé, bien pavé, bien délimité

Une éducation classique est prévisible et reproductible. La plupart des modèles d’éducation, aujourd’hui, relèvent de ce style. Nous envoyons nos enfants à l’école ou dans des institutions…qui proposent un programme académique établi…des évaluations…une progression. Il existe un schéma préétabli, qui est aussi reproductible et efficace. De la même façon, nous avons des niveaux dans le Yoga Iyengar : Niveau 1, Niveau 2, Niveau formation des professeurs etc. Ce type d’éducation fonctionne dans le cadre d’un ensemble de règles.

Il existe ensuite un autre type d’éducation qui est l’éducation informelle, qui implique un apprentissage avec une approche différente. Sans règles préétablies ni schéma. On discute, on bavarde autour d’un thé ce qui peut conduire à un moment "Eurêka", on fait des choses ensemble. C’est efficace mais difficilement reproductible dans ses nuances. Que devons-nous dire au monde ? Allez prendre le thé et faites une découverte aujourd’hui à 15h30 ? Cela ne peut fonctionner !

Il existe ensuite l’éducation de type non formel mais qui est un processus très long et consiste à apprendre de chez soi, de son travail, par expérience etc.

Presque toute la première génération des professeurs de Yoga Iyengar le sont devenus par la méthode informelle. Mais il faut garder à l’esprit autre chose :

Le yoga est à la fois un art, une science, une philosophie. Donc vous voyez, c’est un amalgame de courants apparemment divergents.

Chacun de ces 3 éléments est une identité différente, et pour comprendre le yoga, toutes ces identités doivent vibrer.

Le Yoga Iyengar a démarré de manière informelle, c’est-à-dire comme le fait un enfant qui passe du temps avec sa famille de musiciens. Il commence à improviser avec elle, et BIM, il apprend le langage de la musique. Cependant, le Yoga Iyengar est peu à peu devenu une méthode formelle afin de répondre à une demande croissante d’éducation dans le yoga.

Une autre chose à garder l’esprit est que le cerveau humain rejette ce qui est incertain et obscur. Donc si nous commençons avec l’étude du mental, du yoga, de la philosophie qui sont des notions abstraites, beaucoup vont faire un rejet.

Ainsi, l’étude du Yoga Iyengar commence par les āsana et le corps qui représentent des éléments concrets, et se poursuit avec les notions plus abstraites du prāṇāyāma, dhāraṇā et dhyāna.

JPEG - 22.7 ko

Les débuts de l’apprentissage du Yoga Iyengar prennent la forme d’une éducation formelle, pour le rendre digeste, compréhensible, et essentiellement plus accessible. Plus tard, lorsque le pratiquant a acquis une sensibilité plus affinée, il apprendra à déceler les variables dans ce qui est une certitude apparente.

Bien que nous préférions la clarté, la curiosité envers la nature mystérieuse des choses peut créer de la magie et de l’émerveillement.

Un débutant commence avec les āsana, ou plus exactement avec une certaine série d’āsana, et va poursuivre son parcours d’apprentissage de bien d’autres āsana et du prāṇāyāma ; cette étude va confluer vers l’étude des autres principes du yoga aṣṭāṅga également. Rétrospectivement, l’étudiant va se rendre compte qu’on lui enseigne le yoga aṣṭāṅga.

De l’éducation formelle à l’éducation informelle.

Du corps au mental.

Des āsana au yoga.

On se dirige vers un processus informel dans le cadre d’une éducation formelle.

Le Yoga Iyengar ôte la poussière qui recouvre le miroir :

La rouille qui recouvre le corps

Les illusions qui recouvrent l’intelligence…

Les insensibilités qui recouvrent le mental…

Le Yoga Iyengar élimine la poussière là où vous pouvez voir le reflet avec clarté. De plus, vous réalisez également qu’il ne s’agit que d’un reflet. Alors votre sens du discernement est exacerbé.

Ce qui me perturbe aujourd’hui, c’est que bien que la quasi-totalité des professeurs de la première génération soient nés de manière informelle, par commodité, ces derniers ont choisi le mécanisme formel pour former des professeurs.

Les conséquences sont sans surprise. Vous créerez des professeurs. Davantage de personnes qui emmèneront le Yoga Iyengar à des endroits où il n’y a pas de yoga Iyengar. C’est formidable. Merci. Mais gardez à l’esprit que les résultats sont prévisibles, ils sont quelconques et médiocres. Les génies en sont exclus. Nous devons le constater. Passer de la Formation de Professeur au mentorat correspond à un retour vers la méthode informelle.

Aujourd’hui, partout dans le monde, on constate un mécontentement collectif quant à la façon dont les choses fonctionnent. Nous sommes insatisfaits de nos médecins, de nos banquiers, de nos courtiers, de nos professeurs, de nos politiciens…Notre préoccupation principale est :
. Prennent-ils en compte notre propre intérêt ?
. Savent-ils faire ce qu’ils sont censés faire pour nous ?

Il en va de même pour les professeurs.

Les formateurs de professeurs veulent donner à leurs apprentis un script à suivre afin que même si ces derniers ne savent pas ce qu’ils font ou n’ont pas l’intérêt de l’élève à cœur, ce dernier ne se fera pas mal. En donnant des fiches techniques, il est impossible de former quiconque pour la durée de sa vie et pour son existence alors que là est l’essence même du yoga.

Le Yoga Iyengar est un système pulsatile, vibrant et dynamique

Il est pulsatile.

Il a un pouls.

En tant que destinataire, en tant que pratiquant de Yoga Iyengar, on se trouve revitalisé même sur le plan physique. Il s’agit d’une régénérescence. C’est un système énergisant, vibrant. Il vibre en résonance avec la réalité. L’époque actuelle a des exigences bien différentes ?? si on la compare à une époque lointaine seulement de quelques dizaines d’années ?? … en ce qui concerne les individus, les professeurs, les parents, les institutions, les médecins… le yoga. Le Yoga Iyengar s’adapte aux exigences contemporaines, aux besoins et demandes actuels de la société. Inutile de se délecter d’une gloire passée. Nous devons nous occuper du présent. Il ne sert à rien de dire : “Oh à l’époque nous marchions tellement que nous n’avions pas mal au dos… à l’époque, la vie était tellement plus simple qu’aujourd’hui, nous n’avions pas de stress dans nos activités quotidiennes.”

Voyons la situation telle qu’elle est. Vous et moi sommes ici aujourd’hui, dans le présent. Faisons-y face.

Le Yoga Iyengar est un système dynamique. Alors qu’il se disait que le yoga était pour les érudits, BKS Iyengar le mit à disposition de l’homme ordinaire.

Alors qu’il avait été décrété que les pratiquants de yoga devaient se rendre dans l’Himalaya, il vivait le yoga dans l’agitation de la vie quotidienne.

Lorsque les āsana n’étaient pas réalisables, il conçut les supports. Il fabriqua les briques, les cordes, le stump, le cheval…

Par exemple, nous savons tous qu’il utilisait des briques pour Baddha Koṇāsana. Par la suite, il en abandonna l’idée et utilisa le chumball (connu, certains parmi vous le savent, sous le terme "donut"). Il existe un grand nombre d’exemples de ce type montrant que le système s’est développé, et a connu des changements. BKS Iyengar a rendu le yoga contemporain. L’évolution est possible.

Le Yoga Iyengar est fondamentalement un vol à destination du yoga. Il s’agit de la voie la plus facile et la plus sûre. Gardons également à l’esprit ce que disait Guruji : le Yoga est le moyen, et le yoga est le but.

Avec ce contexte, je voudrais aussi que vous notiez deux variables dans le Yoga Iyengar d’aujourd’hui :
. la réalité actuelle de chacun d’entre nous, du monde…
. l’absence de BKS Iyengar

En introduisant ces deux variables, un copier-coller est impossible. Nous ne pouvons nous contenter de dire que Guruji faisait ainsi donc nous ferons de même. Faisons preuve de la même honnêteté que Guruji…à l’image de notre chère Geetaji. C’est tout.

La problématique suivante qui apparaît face à ces deux variables est : Quel est le futur du Yoga Iyengar ?

Nous choisissons nos actions en fonction de ce qui est commode pour nous et cherchons à nous justifier à la lumière ce qu’il a dit ou de ce que nous pensons qu’il a dit.

Comment sortir de cet écueil ? Quelle est notre feuille de route ?

Nous avons les options suivantes :
. Suivre le système selon votre perception des propos de BKS Iyengar ;
. Suivre le système selon votre perception des propos de BKS Iyengar, mais en impliquant votre intelligence. Mais, encore une fois, inévitablement vous interpréterez à votre manière. Et, nous savons bien ce qui se passe dès lors.

Pourquoi ne pas prendre du recul et vous concentrer sur ce que vous avez reçu ? Puis posez-vous la question : Suis-je en train d’approfondir davantage ses enseignements ?

Évoquons maintenant ce que Prashantji ne cesse de dire : l’objectification du mental. Dans quel état suis-je ? Que fais-je ? … pourquoi le fais-je ? … Ces questions ne peuvent s’étudier qu’avec l’objectification du mental. Sachant que nous sommes tous ici réunis en tant que professeurs de yoga, chaque faculté personnelle doit émerger. On dit que BKS a enseigné les āsana et le prāṇāyāma.

Combien d’entre nous interprètent cela comme représentant le yoga enseigné par BKS Iyengar ?

Nous constatons son génie dans les techniques, dans les supports… Qu’en est-il de son talent suprême à unir le yoga à la vie quotidienne ?

Comment a-t-il exalté le sutra : maitrī karuṇā muditā upekṣāṇāṁ

N’oublions pas cette autre caractéristique du yoga : il est toujours en lien avec le vaisseau-mère - avec Patañjali. Savez-vous ce qu’est un vaisseau-mère ? Pour ceux d’entre vous qui ont vus des films montrant des vaisseaux d’extra-terrestres envahissant la Terre, vous comprenez de quoi je parle.

Un vaisseau-mère est un imposant véhicule qui mène, sert ou transporte d’autres véhicules plus petits. Le vaisseau-mère du Yoga Iyengar est le yoga.

Que l’on y vienne pour soulager sa souffrance, pour être en meilleure forme ou pour s’assouplir, pour la paix du mental, pour la santé, pour apprendre les āsana / le prāṇāyāma / le yoga… quel que soit l’objectif poursuivi, le Yoga Iyengar est en harmonie avec Patanjali, en harmonie avec le Yoga.

Il est facile d’interpréter le Yoga Iyengar comme étant un courant de yoga physique. C’est absurde !

Le système est défini par Patañjali : Yogaḥ citta vṛtti nirodhaḥ

Le Yoga Iyengar, c’est cela. Il n’en est pas autrement.

Je souhaite maintenant aborder un autre sujet, puisque je suis sur ce terrain-là : cela concerne le MÉLANGE DES MÉTHODES.

Guruji disait qu’il respectait tous les styles de yoga mais il n’autorisait pas les professeurs de Yoga Iyengar à mélanger les méthodes. Encore à l’heure actuelle, aucun enseignant de Yoga Iyengar certifié ou reconnu ne mélangerait les méthodes et au cas où quelqu’un le ferait, sachez alors qu’il ou elle n’est pas un(e) professeur(e) de Yoga Iyengar.

Qu’entend-on par mélanger les méthodes ?

Regardons les slogans en vogue ces derniers temps :
- le Yoga Iyengar non traditionnel ;
- le Yoga Iyengar féminin ;
- le Yoga Iyengar de Prashant ;
- le Yoga Iyengar de l’alignement ;
- le Yoga Iyengar de la précision ;
- le Yoga Iyengar avec timing ;
- le Yoga Iyengar avec supports ;
- les āsana et le prāṇāyāma selon le Yoga Iyengar, avec de l’Ayurvéda ou de la musique ou de la danse ou les bandha, les kriyā, et les nāḍī.

A partir du moment où il est dit que le Yoga Iyengar est vibrant et dynamique, on peut interpréter n’importe quelle variante pour qu’elle soit l’aboutissement de cette vibration et de ce dynamisme.

Il est pulsatile, vibrant et dynamique tout en restant dans le domaine des enseignements de Guruji.

Le Yoga Iyengar non traditionnel ? Qu’est-ce que cela pourrait bien signifier ? Le Yoga Iyengar de Prashant ? S’il-vous-plait ! Prashant lui-même ne recommande pas cette appellation !

L’ésotérique du Yoga Iyengar - Cela me laisse sans voix !

Nous essayons ainsi de tirer parti du Yoga Iyengar et d’en faire ce qui nous arrange (en ajoutant un argument commercial).

Dans ce contexte de mélanger les méthodes, les professeurs qui le pratiquent le font pour disposer d’un argument commercial.

S’ils ont besoin d’un argument commercial autre que le yoga, c’est pour augmenter au maximum leurs bénéfices… se faire connaître et atteindre la célébrité.

JPEG - 79.1 ko

Posez-vous la question de savoir pourquoi vous faites ceci ? Objectivez votre esprit. J’en appelle à votre droiture. J’en appelle à votre probité. Quoi que vous fassiez, est-ce pour obtenir un avantage matériel ou spirituel ? L’époque actuelle prospère grâce à la publicité. Pour augmenter notre argument de vente, nous agissons d’une manière différente de ce que nous faisons par ailleurs. Pour ma part, il est tout autant absurde de dire que mon argument clé de vente est d’être la petite-fille de Guruji.

Le vrai sujet n’est pas d’être sa petite-fille, mais d’être son élève. Mon argument clé de vente est que j’apprends, je pratique et ensuite j’enseigne le Yoga Iyengar. Ce n’est pas d’être sa petite-fille ! Si nous essayons de trouver un argument clé de vente au sein du Yoga Iyengar, nous trahissons le système. Que l’on utilise la musique, la danse ou la bière. Oui, par hasard, j’ai vu qu’il existe le yoga de la bière. Il n’existe pas d’argument de vente dans le Yoga Iyengar. Le Yoga Iyengar tient lieu à lui seul d’argument de vente. Si vous voulez un argument de vente supplémentaire, d’accord, allez-y. Mais dans ce cas, n’utilisez pas le nom Iyengar.

Un autre récit est de dire que nous rendons hommage à BKS Iyengar.

Il n’est plus là... il ne va pas vous poser de questions... Mais, vous devriez vous poser vous-même la question : Qu’est-ce que je fais ? En fait, posez-vous la question trois fois.

La réponse au premier "pourquoi" est la plus prévisible et la plus superficielle. Le second "pourquoi" nous entraîne un peu plus profondément. Lorsque vous arrivez au troisième "pourquoi", vous êtes à nu. Il devient aisé d’objectiver le mental

Je comprends que nous ayons tous à subvenir à nos besoins. Nous avons besoin d’argent pour vivre en enseignant le Yoga Iyengar. Et c’est très bien. Cela dit, nous devons nous questionner :

- Suis- je loyal envers le système ? Ou suis-je en train de déformer le système pour mon propre confort / bénéfice ? La réponse est claire. Nous sommes heureusement les seuls à connaître la réponse. Personne d’autre que nous ne la connaîtra. Alors faisons notre mea culpa.

Un certain Auchitya* doit être respecté en tant que représentants des enseignements de BKS Iyengar et de sa famille. Nous sommes ici réunis parce que nous aimons cette école. Nous devons chercher comment rendre l’enseignement plus efficace pour toucher plus de personnes.

Je n’attends pas de répétition ni de reproduction ni une approche puritaine de cette question, pour ainsi dire.

Mais arrivons-nous, sans estropier ou ébranler le cœur du Yoga Iyengar, à le transmettre à d’autres personnes ?

Y a-t-il concordance entre ce que j’ai compris et ce que je pratique dans le Yoga Iyengar ? Quelle est notre mission / notre objectif ?
• Transmettre le Yoga Iyengar
• Geetaji le disait… Prashantji le disait et continue à le dire : la phase de propagation est terminée … Nous en sommes maintenant à un stade différent – Il ne s’agit plus seulement de familiarisation, mais d’atteindre et de se connecter. Et cela ne peut se faire si nous n’arrivons pas en tant qu’élèves de cette école, à assimiler ce qui est en notre possession.

La question ESSENTIELLE à se poser est : Conservons-nous notre probité ? La nature inhérente de chaque personne est d’être en bonne santé, heureuse et vertueuse. L’on dit que les circonstances nous obligent à nous comporter différemment.

Si nous pouvons maintenir notre pratique d’aśuddhikṣaya (par exemple : nous débarrasser des impuretés) notre vivekakhyāti se manifestera ; notre sens du discernement brillera. Alors, nous pourrons prétendre bien comprendre le Yoga Iyengar.

Pour parler honnêtement, chacun d’entre nous présent ici connaît ce qui est juste et ce qui ne l’est pas. D’autant plus que nous sommes la crème du Yoga Iyengar. Nous sommes les séniors, les mentors, les guides du Yoga Iyengar.

Si nous pouvons garder cette flamme d’aśuddhikṣaya et de vivekakhyāti vivante (ce dont nous sommes capables et ce qu’on attend de nous grâce à l’objectification du mental), nous pouvons parvenir à ce que le Yoga Iyengar fasse partie intégrante de l’humanité.

Ne vous inquiétez pas d’atteindre moins de monde ou de gagner moins d’argent. Cette peur est infondée. Ce qui est sincère, ce qui est honnête est attractif. Cela peut prendre plus de temps, mais cela fonctionne. Et le plus important, c’est que cela vous rendra plus heureux. Il n’y a pas de plus grand stress que celui de la culpabilité. Cela ne vaut pas la peine, mes chers admirateurs de Guruji. Juste pas la peine.

Quand nous organisons des stages, des conventions, des cours pour des cas particuliers, des intensifs d’extensions vers l’arrière, des formations des professeurs, posons-nous la question : avons-nous enseigné le yoga ? Au final, le cœur du Yoga Iyengar c’est le yoga. Un point c’est tout.

*(NDT) Auchitya : adéquation, bienséance