1 mois, 1 livre : Pratique du yoga pour la femme tout au long du mois

JPEG - 60.5 ko

Cette publication est la retranscription de la conférence donnée en Pologne par Geeta lors de sa venue en Europe en 2002. A sa demande, les profits de cette publication vont directement à la fondation Bellur. Avec la générosité et l’attention qui lui étaient coutumières, Dr Geeta S. Iyengar a pris soin de revoir et d’augmenter cet article où, s’adressant aux femmes, elle explique, de manière à la fois claire et concise, comment celles-ci doivent adapter leur pratique aux changements hormonaux du cycle menstruel.

Tous les enseignants de yoga, hommes et femmes, et toutes les pratiquantes, ne manqueront pas d’y trouver une source inestimable de connaissance et de sagesse qui améliorera leur pratique ainsi que leur compréhension de ce vaste et merveilleux sujet qu’est l’art du yoga.


Extraits page 12 et 13

JPEG - 135.8 ko

Maintenant que vous savez qu’il est impératif que le sang menstruel soit bien rejeté, vous comprendrez qu’il ne faut pas créer de tensions dans l’abdomen. Vous choisirez donc d’effectuer les āsana dans lesquels vous ne durcirez ni ne contracterez cette région. Par exemple, dans les postures allongées (Supta Sthiti) telles que : Supta Svastikāsana, Supta Baddha Koṇāsana, Supta Vīrāsana, Matsyāsana, Supta Pādāṅguṣṭhāsana, l’abdomen ne doit pas se durcir mais bien se détendre.

Ces postures allongées sont faites pendant la menstruation, ce qui soulage les contractions et les crampes abdominales. Ensuite, il vous faut pouvoir discerner quelles sont pour vous les postures les plus faciles et celles qui le sont moins, afin de les pratiquer de manière progressive. Si vous placez un traversin sous votre dos, vous verrez les contractions abdominales et les crampes disparaître, la respiration devenir plus douce et le diaphragme se déployer plus librement.

Pendant la menstruation, beaucoup de femmes et de jeunes filles se plaignent fréquemment de crampes, de douleurs dans le ventre et dans les jambes, de courbatures, de transpiration excessive et d’épuisement. Ce sont ces āsana qui aideront à apporter un soulagement. Celles qui ont de la difficulté à plier les genoux, comme c’est souvent le cas chez les occidentaux, pourront rester simplement les jambes croisées dans Svastikāsana et s’allonger dans Supta Svastikāsana, ce qui leur procurera une grande détente.

JPEG - 206.7 ko

La dysménorrhée, dite "règles douloureuses" et qui se manifeste par une inflammation des ovaires, des trompes de Fallope ou de l’utérus, fréquemment accompagnée de spasmes, est particulièrement douloureuse. Dans ce cas, ce sont les āsana allongés qui apporteront un soulagement. De petits ajustements seront parfois nécessaires, mais ce sont ces postures que l’on recommande en priorité.

On fait par exemple : Supta Pādāṅguṣṭhāsana II (Pārśva Supta Pādāṅguṣṭhāsana) avec un support pour diminuer les gonflements, les spasmes et la fatigue. Setubandha Sarvāṅgāsana sur deux traversins posés en croix, avec les jambes reposant au sol, ou surélevées, écartées ou jointes.

Cela aidera, dans certains cas, à se débarrasser des crampes abdominales, des douleurs, de la nervosité, de la peur, des tensions mentales et soulagera les névroses et l’hypotension. (...)


Pour se procurer l’ouvrage

La publication Pratique du yoga pour la femme tout au long du mois a été revue dans sa mise en page pour une lecture plus conviviale. Elle est maintenant au format A5, avec photos en couleur, et est en vente à l’AFYI et dans la librairie en ligne de votre espace adhérent au prix de 12 €.

JPEG - 20.1 ko